Comprendre les ESA


thumb-herbiers-marins-map

thumb-herbiers-marins-map-rodrigues

thumb-herbiers-marins

Introduction

La grande majorité des plantes à fleurs sont terrestres. Au cours de l’évolution, certains groupes sont revenus à la vie aquatique, vivant dans des lacs d’eau douce, des rivières et même des cascades. Un petit groupe s’est adapté à l’eau de mer et les plantes à fleurs qui vivent immergées dans les mers sont appelées herbiers marins.


Valeurs de l’écosystème

Les herbiers sont considérés comme le 3ème écosystème le plus précieux au monde (sur une base par hectare), précédés uniquement par les estuaires et les zones humides.

La complexité de l’habitat dans les herbiers marins augmente la diversité et l’abondance des animaux. Les herbiers sur les fonds de récifs et près des estuaires servent également de puits de nutriments. Ils stabilisent également les sédiments côtiers et constituent un puits de carbone potentiellement important, car la matière organique créée par la décomposition des herbiers marins et rejetée par les rivières et les ruisseaux est piégée dans les sédiments.

Les prairies d’herbes marines fournissent nourriture et abri à de nombreux organismes et constituent une pépinière pour des espèces de crevettes et de poissons d’importance commerciale.


Pressions et impacts

Les perturbations naturelles, telles que pâturage, tempêtes et déshydratation font partie intégrante de la dynamique de l’écosystème des herbiers marins.

Toutefois, les herbiers marins sont en déclin mondial, avec quelques 30 000 kilomètres carrés perdus au cours des dernières décennies. La principale raison de ce déclin est la perturbation humaine, notamment l’eutrophisation, la destruction mécanique de l’habitat et la surpêche.

À Maurice, les principales pressions exercées sur les herbiers marins résultent du développement du tourisme dans la région où existent de grandes prairies où les zones sous herbe sont nettoyées afin de fournir un lagon plus attrayant aux touristes. La surpêche et d’autres perturbations humaines affectent également les herbiers marins.

Les herbes marines de Rodrigues ne sont pas directement touchées, mais la surpêche de poissons et d’autres organismes vivant dans les prairies ont un impact indirect sur les herbiers.